Articles

8 novembre 2023

Au travail, il n’y pas que le travail

Y’a pas que le travail dans la vie !

Vous êtes-vous déjà demandé.e ce qui vous poussait, matin après matin, à vous imposer le bruit strident de votre alarme, filer sous la douche alors qu’il fait encore nuit dehors, vous battre pour dompter cet épis sur votre tête, avaler votre tartine sur le pouce tout en faisant couler votre café dans votre thermos, quitter en courant le nid douillet qu’est votre chez vous pour ne pas manquer le bus ? Votre job en lui-même ? Pouvoir compter sur un salaire à toutes les 2 semaines ? Les deux ? Et si je vous disais que, même si vous ne vous en rendez pas compte, d’autres facteurs (et non des moindres !) pèsent dans la balance et influencent non seulement votre bien-être, la qualité de votre travail, mais aussi la motivation et le plaisir que vous pouvez avoir à le faire. Eh oui, parce qu’au travail, il n’y a pas que le travail.

« Thé ou café ? » Le plaisir des petits à-côtés

Grande nouvelle ! Au travail, on ne fait pas QUE travailler, et bien tristes seraient celles et ceux qui pourraient vous dire le contraire. En effet, de nombreux moments informels à l’importance non négligeable(1), jalonnent nos journées de travail (et oui, profiter de l’intimité de la salle de bain pour scroller sur les réseaux sociaux en fait partie !). Commençons par la base : se lever, s’étirer, faire quelques pas, sortir prendre l’air. On redynamise son corps et son esprit, on marque une pause, aussi courte soit-elle, avant de repartir dans ce qu’on faisait ou d’entamer une nouvelle tâche. Aller à la salle de bain, se préparer un café, faire les cents pas en attendant qu’il soit prêt et tiens !, bavarder avec José de l’équipe RH qui a eu la même idée. Raconter sa fin de semaine, parler de la pluie et du beau temps, de l’état des routes, de la dernière game de hockey, et voilà comment une simple pause-café se transforme en un bel échange verbal, social, humain, en bref, bien agréable. Arroser les plantes, décorer son bureau, s’étendre sur le sofa, aller s’acheter un sandwich avec tiens !, Amélie, on va au viet’ ? Toutes ces coupures sont autant de respirations pour nos cerveaux, des moments simples et légers qui permettent de repartir revigoré.e. Des coupures essentielles parce qu’elles font du bien, tout simplement.

Entre-2-tâches : les autres comme source d’épanouissement

Les entre-2-tâches, on ne va pas se mentir, ce sont les meilleurs moments dans une journée de travail. Ces moments où on lève les bras et les yeux au ciel en s’étirant et qu’on croise le regard d’un.e collègue, engage la conversation, s’amuse de l’inscription sur son t-shirt, remarque sa nouvelle coupe de cheveux, lui propose un café. Si le télétravail comporte de nombreux avantages, il n’a malheureusement pas celui des entre-2-tâches. Bah oui, à la maison, entre 2 tâches, vous faites quoi ? Une lessive ? Une pause biscuit (les tout secs de y’a 3 jours) ? Les espaces de coworking(2), ça vous parle ? Au travail, ces entre-2-tâches peuvent même être déclinables : en-plein-milieu-d’une-tâche (grâce au stagiaire qui a une question urgente à vous poser), à-la-fin-de-toutes-mes-tâches (quand vous êtes sur le point de partir mais qu’Alex est d’humeur bavarde). Même si on peut y être plus ou moins réceptif.ve.s, l’épanouissement personnel passe par les entre-2-tâches, il en dépend même. Ces moments rythment, régulent et équilibrent nos journées, les enrichissent d’instants sociaux, humains, chaleureux, ce qui est primordial pour les êtres humains que nous sommes. Vous saviez vous que Renée-Claude de la compta elle adore le ski alpin ? Discuter d’autre chose que du travail, apprendre sur des sujets, découvrir ses collègues, partager ses propres centres d’intérêts, c’est comme le soleil sur une fleur, c’est du bonbon. Vivent les entre-2-tâches!

« Le travail, c’est rencontrer des individus qu’on n’aurait peut-être jamais croisés dans nos vies personnelles, c’est échanger, apprendre, avoir du fun, se détendre, c’est tisser des liens sociaux. »

Unsplash-Brook Cagle

Un travail où il fait bon vivre : l’importance de l’environnement

On en prend rarement conscience mais nos bureaux, ces lieux dans lesquels on passe 75% de nos journées et donc une grande partie de nos vies (du moins avant la pandémie), ont été pensés et spécialement aménagés « pour nous ». Espaces à la fois accueillants, chaleureux (si on est chanceux.ses) et propices au travail, les bureaux offrent très généralement tout l’équipement nécessaire à nos tâches et à notre confort (de la bonne connexion internet, aux ordinateurs, chaises et tapis de souris ergonomiques, en passant par l’imprimante, la machine à café ou encore les encas à volonté). À l’heure où le télétravail s’est généralisé, nous ne sommes pas forcément toutes et tous bien équipé.e.s, et on ne dispose pas nécessairement de l’espace adéquat à la maison. Travailler sur la table de la cuisine ou celle du salon, ça va 5 minutes. Dans un espace de travail, que ce soit au bureau ou dans un espace de coworking, on est sûr.e de pouvoir travailler dans un environnement optimal. Le cadre professionnel doit être un espace sain et sécuritaire, propice à recevoir des travailleurs.ses et à leur permettre d’effectuer leurs tâches au mieux. Cet environnement impacte et influence directement notre bien-être et donc notre santé au travail. C’est bien qu’au-delà du travail en lui-même, tout ce qui l’entoure est important et peut être bénéfique.

« Jamais sans ma gang ! » Le travail, une affaire humaine

Tous les à-côtés du travail, la convivialité qui y règne, les entre-2-tâches, les interruptions qu’on subit ou qu’on fait subir (eh oui, personne n’est parfait.e !), les installations dont on peut profiter pour être à notre meilleur, tout cela met en avant l’aspect fondamentalement humain du travail. Travailler, c’est côtoyer d’autres personnes, c’est rencontrer des individus qu’on n’aurait peut-être jamais croisés dans nos vies personnelles, c’est voir et être vu.e, écouter et être écouté.e, échanger, apprendre, avoir du fun, se détendre, créer une certaine solidarité, c’est tisser ou resserrer des liens sociaux. Généralement, lorsqu’on travaille dans une même entreprise, il y a de fortes chances pour qu’on partage les mêmes valeurs que nos voisin.e.s de bureau, qu’on se rejoigne sur certaines idées, qu’on soit motivé.e par une même mission. Les interactions humaines qu’on peut avoir au travail façonnent le ou la professionnel.le qu’on est et nourrissent l’aspect social autant que l’aspect professionnel de nos vies. Travailler, c’est grandir. Ces interactions sont fondamentales, elles nourrissent et font croître un sentiment d’appartenance fort et porteur envers une organisation ou une initiative, qui aura des retombées positives à la fois sur les humains qui y évoluent ensemble jour après jour, et sur l’entreprise qui les rassemble.

« T’as fait quoi de ta journée ? » Plus qu’une mission, des valeurs en action

Ces dernières années, parce que nos manières de concevoir nos activités professionnelles ont évolué, le monde du travail a subi de nombreuses mutations. S’il a souvent été considéré comme étant essentiellement une façon de gagner sa vie, synonyme de stabilité, de sécurité voire de réussite sociale, de plus en plus de personnes aujourd’hui tentent d’y trouver plus. Plus de sens(3). Les enjeux environnementaux, sociaux et politiques de ce siècle n’y sont pas pour rien. Les entreprises l’ont compris, et plusieurs d’entre elles misent dorénavant sur une culture d’entreprise(4) forte et affirmée, mettant de l’avant les valeurs qu’elles portent, les actions concrètes qu’elles mettent en placent, l’impact qu’elles veulent avoir sur le monde, au-delà de leur mission initiale. Cette culture d’entreprise (certain.e.s parleront de « marque employeur »), c’est la personnalité d’une organisation, qui définit autant qui elle est que les femmes et les hommes qui y travaillent. Plus qu’à une entreprise, adhérer à une culture d’entreprise c’est se reconnaître dans une philosophie, c’est être enligné.e avec une mission et des valeurs, non seulement en tant qu’employé.e, mais aussi en tant que citoyen.ne et être humain. Les limites entre consciences professionnelle et sociale s’entremêlent, le cadre du travail explose pour impacter les différents pans de nos vies, dans un souci d’éthique partagé, motivant et fédérateur.

Au travail, il n’y a définitivement pas QUE le travail. Non seulement notre environnement direct, matériel et humain exerce une grande influence sur notre quotidien professionnel, mais de manière plus abstraite et bien plus inspirante, le sentiment d’appartenance et de cohésion, porté par des valeurs et une culture d’entreprise transparentes, assumées et alignées avec les nôtres, en est devenu un élément crucial. Tout ce qui est au travail mais n’est pas du travail mérite d’être pensé, structuré et soigné car en plus d’être synonyme de performance, tout cela concoure au bien-être des employé.e.s, à la fierté qu’iels peuvent éprouver envers leur entreprise, leur travail et les impacts positifs qui en découlent, et donc à la rétention. Grâce à tous ces petits moments informels qui rythment nos journées, on peut évoluer en étant moins stressé.e.s, plus heureux.ses et plus efficaces. En bref, un beau cercle vertueux !

Cet article a été rédigé par notre contributrice, Angèle Nossereau, conceptrice-rédactrice. Vous souhaitez soutenir notre organisme comme commanditaire en vous impliquant dans la création de contenu à impact positif ? Contactez-nous à phi@popuplab.ca
Photo : Unsplash – Brooke Cagle

Notre Blogue